Parole de salarié.e : Elise Le Maux

Le confinement, une levée de freins sur l’utilisation du numérique

Elise Le Maux est étudiante en Master de Management Territorial à l’IAE de Lyon. Un stage chez Rich’ESS choisi « pour les valeurs de l’ESS et parce que j’avais envie de travailler sur l’innovation sociale ». Elise est chargée d’études d’opportunités et travaille notamment sur une plateforme de mobilité et le projet Chez Yvonne.

Tu as intégré Rich’ESS & le TAg22 quelques jours avant le confinement. Comment peut-on se projeter dans une entreprise dans une telle période  ?

“C’est vrai que c’est un début de stage particulier ! Grâce aux réunions d’équipe toutes les semaines et aux séances de travail avec Mathilde, je me suis sentie intégrée à l’équipe et aux projets sur lesquels nous travaillons. Mes missions de stage sont restées les mêmes. Nous avons adapté les priorités et les méthodes pour nous adapter au contexte. Cette période m’a poussée à innover et à prendre des initiatives autrement.”

Le confinement, un atout ?

“Que le monde ralentisse, ça met moins la pression. Professionnellement, j’ai vu beaucoup de rencontres se faire sur l’intelligence collective, sur de l’échange d’informations. La période a fait que, séparés de 2 ou 500 km, les rencontres avaient quand même lieu grâce à la visioconférence. Beaucoup de freins sur l’utilisation du numérique se sont levés pendant le confinement.”

Que retenez-vous de cette période ?

“Elle prouve que les valeurs d’innovation sociale et d’économie sociale et solidaire ont complètement leur place dans le monde d’aujourd’hui et de demain. La crise sanitaire aura mis cela en avant. Il faut que ça continue ! J’espère que l’on échangera sur cette crise, sur ce qu’on a fait de bien ou non, et qu’on en tirera des leçons.”